• 3 mai '14 - Tu es sûre que c'est bon? Et ce truc pendait jusque par terre! Papa couche, maman tétée

    Lundi dernier, c'est une autre maman qui a récupéré ma fille à 15h, à la fermeture de la halte-garderie.  Elle est rentrée chez elle avec une autre maman, Alice.  Cette dernière m'a raconté un bout de conversation qu'elle a tenue avec ma chérie. 
    Alice qui tient une tasse de thé chaude : Attention, c'est chaud.

    Ma princesse: C'est chaud?

    Alice: Oui, c'est chaud, mais c'est bon. 

    Ma princesse: Tu es sûre que c'est bon?

    ****

    Le premier mot que ma fille prononce le matin lorsqu'elle voit son père est, de manière systématique (si je me suis cachée sous la couette, elle s'élance dans la chambre et se dirige droit vers le côté du lit de mon homme): "papa, ai fait caca (ton plaintif).  Changer couche? oui? oui?"...Elle n'a pas fait caca, mais c'est son rituel avec son père...Puis, au moment d'enlever la couche, le paternel précise: "non pas de caca, seulement du pipi".  Ce à quoi la fille répond: "seulement pipi?  Pas de caca?". 

    En revanche, le premier mot que ma fille énonce quand elle me voit, c'est presque systématique aussi (lorsque je me suis mal cachée sous la couette): "tétée".  Avec un don de répétition, sur un ton d'excitée droguée qui a besoin de sa dose: "tétée.  tétée. tétée.  tétée".  Parfois ponctuées par un "maman".  La voilà-t-elle pas qu'elle désigne le coussin sur lequel je m'adosse pour lui donner la tétée.

    Parfois, comme il m'est arrivé par le passé de le lui proposer (bien que j'évite car quand elle était petite, cette position me faisait mal aux seins) une tétée couchée (ou une "tétée dodo"), je l'entends de temps en temps vouloir m'amadouer avec un "tétée dodo maman, oui? oui? " .

    Voilà les priorités de notre fille: la couche le matin avec son père; la tétée avec sa mère.  On est bien peu de choses en réalité. he

    ****

     

    Ce matin, le papa a le nez qui coule.  Fiston nous entend parler.

    Fiston: c'est comme la fois où tu es revenu du travail.
    Mon homme, à moins que cela soit moi: comme quoi, quand je suis revenu du travail?

    Fiston: tu avais le nez qui coulait.  Tu avais un truc qui pendait jusque par terre.  Tellement que quand tu es arrivé, maman a dit "vite, vite, mouche-toi, ça coule".

    Alors, oui, c'est vrai...Il arrive que mon gredin de mari pervers rentre à la maison avec la goutte au nez.  Ce qui n'est guère ragoutant. Et nous avons bien le souvenir, lui et moi, d'une fois où je m'étais exclamée et l'avais instamment priée pour qu'il se mouche en vitesse...  Ah, quelle mémoire, ce bout'chic.

     

    « 2 mai '14 - Pesto d'ortie7 mai '14 - Un chapeau pour l'été - cadeau fait maison »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :