• Famille en transition

    Nous mangeons trop de viande, trop de sucre, revenons de nos courses avec trop de plastique, nous déplaçons trop régulièrement en voiture, gaspillons trop de nourriture et d'eau, dépensons encore trop d'argent dans les pharmacies...Bref, tant d'effort sont encore tellement possibles...à portée de main.  "Yapluka" le faire.  Je vous invite à découvrir nos tentatives pour vivre une plus grande cohérence entre nos valeurs et notre quotidien.  Sur le mode du "faire-essai-erreur-refaire".

     

  • Refuser...Réduire...Bon, ma fille n'en avait pas besoin. J'ai quand même succombé à la tentation de lui en coudre un...Un pantalon cousu avec amour à partir d'un de ses pantalons (en réalité, un qu'elle a hérité de son frère).  Ce fut mon atelier de lundi, mon dernier jour de congé.

    Les photos sont parfois floues, comme d'hab'.

     

    J'ai soigné mes coutures...Je commence à prendre plaisir à soigner les coutures intérieures...et non de coudre à l'arrach, comme on dit.  Les coutures de l'entrejambe coïncident (ok, pas à 100 %, mais ce n'est déjà pas mal).

    Les bas sont munis d'élastique.

    Au verso, cela donne cela:

     

    Je regrette de ne pas avoir ajouté une bande d'un autre tissu, comme j'ai fait à la ceinture:

    Bon, là, je vous ai montré une grosse imperfection.  Les coutures ne coïncident pas.  A revoir la prochaine pour que cela ne se produise plus.

    Bon, oui, je commence à soigner les coutures intérieures.  Mais, ce n'est toujours pas impeccable. La prochaine fois, cela vaudrait la peine d'en coudre un réversible (j'avais déjà tenté un vêtement réversible ici, c'est jouable).

     Dès que ma fille y consent, j'organise une séance photo avec modèle vivant.he


    2 commentaires
  • Le plastique, le jetable, ce sont 2 fléaux que j'évite autant que possible. Pas assez à mon goût certes.

    Dernièrement, j'avais vu des tuto, surtout celui de Mamzelle Emie pour faire son emballage en coton ciré, histoire de remplacer le cellophane, en Belgique on dit du film plastique.  Je voulais le faire aussi.  Même si, dans l'absolu, je n'ai plus de cellophane à la maison depuis belles lurettes. Mais, bon, il m'arrive encore de revenir avec du film plastique de magasins ou autres cafés (où j'achète surtout une part de tarte au chocolat  he - pas encore trouvé de solution d'appoint pour cet en-cas.  Il faudrait que je me promène constamment avec une boîte vide sur moi...Mon sac commencerait à être volumineux: mon thermos ne me quitte pas; j'ai envie aussi que mon mug - encore à acheter - soit constamment avec moi, etc. etc.).  Du coup, j'en ai commandé (ici), et surtout, j'ai tenté la recette.  2 fois par semaine, j'achète un sandwich dans un snack. C'est pour emballer le sandwich que je souhaite une solution lavable (le mieux, évidemment, serait que je cesse d'acheter un sandwich, mais ils sont bons avec le pain fait maison; même si je prends systématiquement le jambon de parme, et donc de la viande, je ne suis pas encore tout à fait prête à abandonner cette habitude barbare.  Pardonnez-moi.  Amen).  Remarque: les autres jours, je ramène de quoi luncher de la maison (ce sont, ces jours-là, des jours sans déchet, du moins au bureau). 

    Résultat: j'ai mis trop de cire.  Cela ne donne pas bien du tout.  A refaire, je mettrais la moitié moins de cire.  Quelques photos de mon désastre.

    Il faut: du coton (pour ma part, comme c'est pour l'alimentaire, j'ai pris du coton bio)

    de la cire d'abeille de qualité:

     

    A défaut d'aluminium (je n'en ai plus à la maison depuis longtemps), j'ai utilisé du papier de cuisson déjà usagé (je le réutilisais à l'époque où j'en utilisais; depuis longtemps maintenant, je mets du beurre pour éviter que les gâteaux et tartes ne collent).  Le papier de cuisson permet de protéger le lèche-four.

    Ici, sur la photo, on peut voir comme j'ai vraiment inondé le tissu de cire.  C'est trop.  Au moins 2 fois trop.  Je n'ai même pas osé prendre de photos du résultat...C'est ciré, ça, c'est le moins que je puisse dire.  En plus, j'ai laissé le tissu refroidir dans le four...parce que je cousais.  Bref, je n'ai pas assuré.  Du coup, ma 1ère tentative n'est pas du tout concluante.

    ***

    Remarquez que j'aurais davantage besoin, du moins, tout aussi besoin, de sac en toile ciré pour contenir des choses mouillées, comme les maillots et essuies mouillés.  Il y a des années, avant que je ne couse et ne songe même à acheter une machine à coudre, j'avais flashé sur le tapis-sac à piscine.  D'autres modèles ici et ici (la vache Kikou). La Vache Kikou l'a d'ailleurs décliné pour les Kaplas. J'adore.

     


    votre commentaire
  • Cela faisait des mois et des mois que les faces de la boîte étaient finies.  Il "suffisait" de les assembler.  C'est chose faite depuis 2 jours.  Ceci est une commande pour une amie, sur la même idée que les premières boîtes que j'avais créées pour la fête de Noël à Tervueren.disais tout le temps, le vélo, c'est casse-pied; et maintenant que je sais rouler, je veux rouler tout le temps!".  Je vous laisse deviner le fil conducteur.


    votre commentaire
  • Cette année, j'ai participé à 2 marchés de Noël artisanaux de mon quartier.  Je me suis trouvée une passion pour la création de masques d'animaux, 100% laine.  Voici quelques-unes des mes réalisations !  Elles se prêtent bien à la saison de Carnaval qui s'approche.

    Mes masques sont doublés

    Et voici un cadeau envoyé à ma filleule et à sa sœur. 

    Je me suis aussi amusée à broder et décorer des couronnes.   Je regrette de ne pas avoir photographié chacune d'elles avant de les avoir vendues.  Je me suis rattrapée en prenant cette couronne ci-après sous toutes ses coutures.

     

     

    Elle est, comme toutes mes couronnes, réversible 

     

     


    votre commentaire
  • Comme je l'écrivais ici, j'a appris à confectionner un type de doudous Steiner.  Le moins que je puisse dire, c'est que j'ai accroché.  J'en suis à mon 5ème doudous en 1 semaine et demie.

    Les premiers doudous confectionnés le sont avec le tissu fourni par Betty.  C'est en coton, rembourré de laine.  Il y a de la gaze pour la tête, je ne sais pas en quelle matière elle est faite, la gaze.  Le fil est synthétique.

    Voici mes deux premiers.  L'un est pour l'école, l'autre a trouvé en Coline et Lison des enfants à choyer.

     

    Je trouve le tissu éponge peu doux pour un doudou bébé, du coup, j'ai été acheter du tissu velours tout doux à La Filandière, une boutique près de chez moi (j'achète là-bas à défaut d'avoir trouvé mieux ailleurs; si c'est cher, pour le moment, je me console en me disant que je favorise le commerce de proximité).   Le tissu en coton 100% coûte près de 20 euros/m.  Il s'agit de tissu de la marque hollandaise de Witte Engel.  

    Je me suis dit qu'à l'avenir, je pourrais modeler la tête en laine que je pique en boule, plutôt que d'utiliser de la gaze à remplir de laine (à terme, j'utiliserai de la laine du Bercail que j'ai recueillie et lavée - j'ai en tête de montrer les photos du nettoyage fastidieux de la laine dans ma baignoire...un jour, plus tard).  A tester.  Aussi à tester: utiliser des bas nylon de récupération pour la tête.  

     

    Les photos laissent à désirer, mais vous pouvez apercevoir que j'ai tenté des broderies sur les bonnets.  La prochaine fois, j'en ferai sur le corps des doudous en guise de rappel.

     La semaine prochaine, j'apprendrai une autre sorte de doudous!  

    Dès que je le peux (il me faut de la gaze pour montrer la tête), je fais un tuto.  

    C'est archi simple à faire.  Il faut compter +/- 4 heures pour une personne qui, comme moi, est un peu familiarisée avec une machine à coudre (j'imagine que plus j'en ferai, moins cela prendra du temps. En outre, si on en fait à la chaîne, cela va plus vite, mais moi, perso, j'aime prendre mon temps sur chaque doudou).  

    Le plus difficile dans l'exercice, c'est la tête, mais c'est surtout une question d'habitude.  

    Pour le fil, j'ai acheter du fil super résistant Gutterm@n.  Je n'en ai acheté que du bleu, mais j'ai regretté de ne pas en avoir acheté dans les autres couleurs du tissu (rose et mauve).  

    Je confectionne ces doudous pour le plaisir de les faire. Mais, je ne compte pas les collectionner et donc, j'envisage de les proposer à la vente pour 10 euros pièce.  A la filandière, on achète le matériel de Witte Engel pour confectionner un doudou entre 15 et 20 euros (doudou encore à faire soi-même).

     


    votre commentaire
  • Voici le fruit de quelques heures de chipotage aujourd'hui. Le hiboux que j'avais commencé en feutrine de laine ne m'emballait pas du tout.  Du coup, j'ai changé de technique pour la décoration de cette feutrine synthétique.  J'en ai assemblée 5 pièces afin de constituer une sorte de boîte.  Une dernière pièce au-dessus est censée être le couvercle mais le résultat n'est pas génial.

     

    La boîte est turquoise en fait, sauf ce côté photographié qui est vert du même ton que les armoires dans la chambre des enfants.  Je suis peu satisfaite du résultat.  Mais contente quand même car cela m'a permis de coudre avec ma machine, et de m'exercer pour les "broderies".


    votre commentaire
  • La rentrée oblige...dans une école Steiner...Je me suis collée au même exercice que l'année passée, à  savoir la confection d'un "plastiekbroek" ou pantalon imperméable.  Alors que je comptais le coudre suffisamment grand, j'ai, comme l'année passée, sous-estimé les mesures. Il est assez juste pour mon fils.  Voyez par vous-même.

    Le pantalon est en tissu imperméable (acheté au Chien V*r*)

    Fiston accepte de jouer les mannequins pour la photo...à sa façon.

    Et histoire de pouvoir tenir sur un crochet, le pantalon est pourvu d'une lichette (c'est ainsi qu'on appelle ce truc qui permet de pendre les vêtements?)


    votre commentaire
  • A côté des mobiles, j'ai aussi confectionné d'autres petits ouvrages. 

    Une guirlande multi-colore de +/- 4 mètres.  Cousu fin du mois d'août en prévision de l'anniversaire de mon grand (5 ans déjà, le bougre!).   Très facile à coudre.  Avec un biais tout fait. Un de mes prochains défis consiste à confectionner moi-même les biais.

    Ici, à la verticale, une guirlande de cercles, aussi archi-simple à faire.

    J'ai également cousu une trousse pour les pastels de Fiston (pastels, l'outil de dessin typiquement "steinerien"). 

    J'adore le résultat de cette broderie

    De l'autre côté, l'arbre est tristounet.

    De ce côté-ci, cela donne ça.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique